Cœurs de bœuf rôties à l'ail et au piment - Mariatotal

Cœurs de bœuf rôties à l'ail et au piment - Mariatotal

Commencez par choisir de véritables cœurs de bœuf. Grillées avec une huile délicatement parfumée, vous en saucerez le jus avec délectation. Pour en faire un plat plus copieux, ajoutez-y une burrata ou une mozzarella, c'est Yotam Ottolenghi qui vous le dit dans “Simple”. Ou, en fin de cuisson, cassez des œufs dans le plat.

Les recettes de cuisine similaires à "Cœurs de bœuf rôties à l'ail et au piment - Mariatotal" de "Mariatotal-Recettes et articles de cuisine"


Sauces "chien" (assaisonnement pour bokit, grillades...) - Valérie Passion Cuisine

Sauces "chien" (assaisonnement pour bokit, grillades...) - Valérie Passion Cuisine

La sauce "chien" sauce incontournable aux antilles qui accompagne tous les plats 1 oignon 2 échalotes 2 gousses d'ail 2 tomates Persil plat 3 pousses de cive (ou d'oignon blanc) 20 cl d’eau chaude Jus de 3 citron vert 4càs d'huile d'olive 1/2 càs de vinaigre...

Pâtes anti-gaspi au citron, ail et piment d'Espelette

Pâtes anti-gaspi au citron, ail et piment d'Espelette

Aujourd'hui, je vous partage une recette pratique, économique et anti gaspi. Très facile à réaliser, elle permet de se régaler en 30 minutes chrono. Beaucoup de mes ami.e.s me disent qu'ils ont du mal à cuisiner végétarien les soirs de semaine car cela leur prend plus de temps que de mettre un steak dans une poêle. J'essaye donc de vous partager des recettes qui se réalisent en un tour de main, avec peu d'ingrédients. Et si, en plus, on peut utiliser des parties du légume qu'on jette d'ordinaire, c'est encore mieux !Beaucoup de gens jettent les feuilles de chou-fleur alors que non seulement elles se mangent, mais en plus elles sont vraiment délicieuses ! Ce que je préfère, c'est rôtir le chou-fleur enduit d'huile d'olive et d'épices en entier, avec les feuilles. Mais hachées finement, les feuilles de chou-fleur sont aussi délicieuses sautées à la poêle. On peut ensuite les glisser dans une omelette, dans une galette de sarrasin avec un peu de crème d'avoine ou de noix de muscade, ou encore dans des pâtes. C'est ce que je vous propose aujourd'hui. Mariées avec des blettes de mon panier d'AMAP et une sauce à base de citron, d'ail, de piment d'Espelette et de (beaucoup de) bonne huile d'olive, elles feront merveille dans votre assiette !

Vins blancs secs : comment les déguster ? - Fourneaux Et Fourchettes

Vins blancs secs : comment les déguster ? - Fourneaux Et Fourchettes

Fruités et nerveux, fruités et souples, riches et structurés, riches et ronds…. les vins blancs secs sont multiples et possèdent un très large éventail de saveurs. Vous avez du mal à les identifier et vous aimeriez savoir comment les déguster ? Voici les principaux cépages utilisés et quelques-uns des vins blancs secs les plus connus en France, avec des conseils pour les accords mets-vins. Une liste non exhaustive, et non limitative ! La famille des vins blancs secs est immense et ne connaît pas les frontières. Elle va des AOC le plus connues à des vins plus confidentiels, parfois classés « vin de table » ou « vin de France ». Ils ont cependant un dénominateur commun : pour être appelés « vins blancs secs », ils doivent contenir moins de 0,2 % de sucre par litre soit entre 0,1 et 2 grammes par litre. Pour déguster un vin blanc sec AOC, qui a fait ses preuves, vous pouvez piocher dans la liste ci-dessous, qui répertorie quelques-uns de vins blancs secs les plus connus en France. Vous avez l’esprit curieux et aventurier ? Vous aimez découvrir les vins étrangers ou des vins plus confidentiels ? N’hésitez pas à vous tourner aussi vers un vin blanc sec plus insolite, confectionné par un vigneron un peu rebelle qui n’a pas planté le cépage autorisé ou fait les assemblages autorisés par l’appellation. Vin blanc sec : les principaux cépages utilisés en France Le Chardonnay : il est très présent en Bourgogne. Il donne des vins fins, équilibrés, avec un bouquet complexe. Leur robe est jaune or brillant avec des reflets verts. Le Sauvignon : c’est le cépage blanc le plus cultivé au monde, avec le chardonnay. Il est très présent dans le Bordelais et le Val de Loire. Il transmet parfaitement la minéralité de son terroir. Les vins blancs secs issus du Sauvignon sont fins et équilibrés. Le Chenin blanc : on le trouve beaucoup en Val de Loire, mais il est rare sur le territoire français. C’est un cépage exigeant très versatile, qui permet de faire des blancs très secs, mais aussi très liquoreux. Il peut vieillir très longtemps. Il apporte au vin à la fois de la fraîcheur et de la vivacité. Le Pinot blanc : à l’origine très implanté en Bourgogne, il s’est beaucoup développé en Alsace. Ce cépage permet d’obtenir des vins équilibrés, entre rondeur et acidité. En sec, il offre des vins très fruités et assez vifs, faciles à savourer. Le Riesling : il est cultivé principalement en Alsace. En vin sec, les vins issus de Riesling ont un bon équilibre entre acidité fruitée et richesse, avec beaucoup de minéralité. Le Riesling fait de très bons vins de garde qui se conservent au moins une dizaine d’années. Vins blancs secs : les principales AOC en France L’AOC Sancerre (Cher). Son cépage blanc principal est le sauvignon. Sa teinte est or pâle. Il possède une acidité naturelle qui s’accorde parfaitement avec des fruits de mer, des poissons et crustacés, de la viande blanche en sauce. Il est parfait avec des fromages de chèvre comme le crottin de chavignol. L’AOC Chablis (Yonne). Son cépage blanc principal est le chardonnay. C’est un vin vif en bouche, au nez frais, avec une finale minérale. Il est très sec et vif, jusqu’à l’acidité. Sa robe, blanc-vert ou jaune pâle, est discrète. Il accompagne les plateaux de fruits de mer, les poissons grillés, pochés ou en terrine, la viande blanche en sauce, les escargots, le chèvre frais, le beaufort, le comté. L’AOC Pouilly-Fuissé (Saône-et-Loire). Son cépage blanc principal est le chardonnay. Ce vin élégant et profond à la robe jaune paille est parfait à l’apéritif ou en début de repas. Il accompagne les crustacés grillés, les poissons crus, les ris de veau aux champignons, la blanquette, les terrines de légumes, les gougères au fromage, comté, le beaufort, le chèvre frais. L’AOC Muscadet (Loire-Atlantique, partiellement Maine-et-Loire et Vendée). Son cépage blanc est le melon de Bourgogne. C’est un vin complexe, gras, qui a un beau volume en bouche. Grâce à ses arômes discrets, floraux et fruités, notamment de citron, il est idéal avec des huîtres et des fruits de mer. L’AOC Entre-deux-Mers (Gironde). Son cépage principal est le sauvignon. Cette appellation a des arômes très intenses et sa minéralité procure une fin de bouche désaltérante, une sensation de fraîcheur, avec une finale acidulée. C’est un vin nerveux, mais aussi doux et sec. Il accompagne les plateaux de fruits de mer ou d’huîtres d’Arcachon L’AOC Bordeaux Blanc (Gironde). Ses cépages principaux sont la muscadelle, le sauvignon et le sémillon. Ces vins secs, nerveux, et floraux, ont des notes fruitées de citron, de pamplemousse, de fruits exotiques et de pêche. Ils ont de la force et une belle rondeur. Ces vins frais sont parfaits avec des fruits de mer, des coquillages et des poissons grillés. Certains, plus complexes, se marient avec des viandes blanches. Ils accompagnent aussi la quiche lorraine et la volaille. L’AOC Pouilly-Fumé (Nièvre). Son cépage blanc principal est le sauvignon. Ce vin généreux, fin et minéral, est tantôt frais et vif, tantôt long en bouche et plus franc. Il a des notes fruitées d’agrumes, et de fruits (groseille, fruits de la passion, litchi, pêche de vigne). Il accompagne les crustacés, les poissons à chair ferme, la blanquette, le chèvre frais ou affiné.

Bangkok - Fourneaux Et Fourchettes

Bangkok - Fourneaux Et Fourchettes

Bonjour bonjour ! J’ai eu envie de me replonger dans mes photos et souvenirs de vacances aujourd’hui ☺️ Alors je commence par l’un des plus beaux voyages que j’ai pu faire ! On a eu la chance – fin 2019 – de partir faire un petit tour en Asie. Le voyage Nous sommes partis de Genève, et après une courte escale dans le bel aéroport de Dubaï (villa dans laquelle nous avons séjourné quelques jours à notre retour, j’essayerais de faire un article rapidement!) nous voilà à l’aéroport de Bangkok ! C’était aussi ma première fois sur un long courrier ! Bon, ok c’était long, mais moi qui ai beaucoup de mal à rester en place, j’appréhendais vachement ces 2 x 6h de vol qui se sont au final plutôt bien passées. (Merci la télé dans l’avion !) On est parti avec Emirates et – je ne pensais jamais dire ça a un jour – on a très bien mangé ! Bref, le vol était déjà en soit une super nouvelle expérience😊 Autant vous dire que partir de Genève au mois de Novembre pour atterrir à Bangkok, on a eu un léger choc thermique 😬 Premier jour Attendez attendez …. avant notre arrivée à l’hôtel, on a du faire la route de l’aéroport à l’hôtel ! Et c’est la que c’est drôle ! Des immmeeenses voies, 4 files, 5 voire 6 voitures côte à côte. Le code de la route ? C’est « si ça passe, tu passes » ! J’adore ! Ça y’ est, on arrive dans notre belle hôtel ! Super chambre (des lits de 4 m de large qui sont visiblement typiques de la Thaïlande 😬), et une piscine plus que nécessaire. (Et un cocktail de bienvenue super bon sinon c’est pas vraiment des vacances). L’hôtel se situe juste à côté de ce que l’on pourrait comparer à une zone piétonne, avec pleins de restaurants / bars et magasins qui font tous plus envie les uns que les autres  On commence par un bon repas dans un endroit ou on a fini par passer le plus clair de notre temps tellement c’était top : le madame monsir ! La nourriture et les cocktails sont délicieux, et tout est organisé un peu comme un grand salon avec des coussins, canapés et autres chaises longues pour se prélasser comme il faut. (Si vous voulez y faire un tour : https://www.facebook.com/madamemusur/ ) Premier pad Thai ! J’avais déjà mangé ce plat en France mais la … un vrai pad Thai de Thaïlande ça n’a absolument pas de prix (au sens propre comme au figuré, la nourriture est tellement pas cher la bas !) On en fait très régulièrement depuis, je vous mets la recette très rapidement ! C’est hyper facile à faire et mon dieu que c’est bon 😵 Après avoir bien mangé et bien bu, let’s go pour la première visite de temple ! (La première d’une longue série !) On fini notre journée au “Wat Intharawihan” où on peut voir le fameux bouddha couché. Et waouh ! La classe ! Il est gigantesque ! En plus c’était la fin de journée, on a donc eu la chance de voir le temple s’illuminer au fil de la nuit qui tombe. Deuxième jour  De loin ma journée préférée du séjour ! On a passé une bonne partie de la journée au Chatuchak Market, un marché immense, dont on a pas du tout assez d’une journée pour faire le tour. Mais c’était incroyable ! Le marché est remplie de toute petites allées remplis de marchands qui vendent absolument tout !  Pour le midi, vous avez le choix ! Du poisson, de la viande, des légumes… et des fruits tout frais ! On a goûté un sorbet à la noix de coco, le meilleur que j’ai jamais mangé. Après manger, on continue la journée après la visite d’un temple qui surplombe la ville. La vue de la haut était magnifique, et offre quand même des panoramas hyper étonnants ( des Temples en or brillant au milieu de bidonville et d’immeubles hyper modernes) En redescendant du temple, on monte dans un petit bateau qui longe le fleuve pour se rendre à la maison de Jim Thompson  La maison de Jim Thompson, c’est un très joli endroit. De beaux jardins, de beaux bâtiments, et une visite qui retrace la vie de ce bon vieux Jim. (Notamment sa collection d’œuvre d’art et son rôle dans l’industrie de la soie)  Troisième jour Pour ce troisième et dernier jour, nous avons pris le bateau pour nous rendre au Palais Royal. C’est l’ancien palais du roi, et ce qu’on peut dire c’est qu’il avait quand même un peu des goûts de luxe : un palais de 29 hectares, composé de pleins de bâtiments différents (et très bling bling). Mais en tout cas, ça donne lieu à une magnifique visite entre les bâtiments, fresques, faïences et autres sculptures !  Ça y’est, notre petit tour de Bangkok se termine… c’est une ville qui bouge beaucoup et que j’ai trouvé très agréable (mais très très polluée…) malgré le peu de temps que j’y ai passé. Maintenant, direction Chiang Mai ! Pour rejoindre cette ville de Thaïlande du nord, nous avons pris le train de nuit, et j’ai mais tellement aimé ça. T’es tout seul dans ton petit lit, derrière ton rideau, avec un bon livre et le paysage incroyable qui défile. Vraiment, c’était exceptionnel, et, contre toute attente, j’ai carrément bien dormi !  La suite de l’aventure se fera dans un post sur Chiang Mai (si vous hésitez à y aller, n’hésitez pas, c’est absolument exceptionnel comme endroit). A bientôt pour de nouvelles aventures !

Pain d'épices

Pain d'épices

     Il existe de nombreuses variétés de pain d'épices et autant de villes tant en France qu'à l'étranger qui peuvent s'enorgueillir de mettre en avant cette spécialité.Reims, Sens, l'Alsace, l'Allemagne (Ulm), l'Angleterre offrent toutes un pain d'épices dont les recettes sont parfois très différentes. La base toutefois, reste unique : une farine, du miel et des épices.Le pain d'épices de Dijon se distingue essentiellement par le recours à la farine de blé alors que les autres sont très souvent faits à base de farine de seigle.Le pain d'épices est plus que millénaire ; si des traces de pain de sésame au miel sont connues et répertoriées en Egypte antique, Rome mettait aussi à sa table des préparations faites de  pâtes frites au miel. Le pain d'épices tel que nous le connaissons en occident viendrait quant à lui de l'extrème-orient et l'on avance l'hypothèse qu'il descendrait en droite ligne d'un pain/gâteau chinois (le mi-kong), pain dont la réputation de très longue conservation aurait séduit les troupes du terrible Gengis Khan.  Ce pain aurait cheminé à travers le continent avant d'échouer au Moyen-Orient. De là, des Croisés le rapportèrent dans les Flandres et la jeune comtesse de Flandres et d'Artois, également duchesse de Bourgogne, Marguerite de Flandres aurait apporté cette préparation à Dijon, siège du duché.         Du fond de sa retraite du château de Germolles ( Saône-et-Loire), notre bonne duchesse nous a transmis cette spécialité qui fait encore la renommée de notre bonne vieille ville de Dijon.Jusque dans les années cinquante, la région comptait plus de quarante artisans "pain-d'épiciers". Aujourd'hui, seules deux maisons ont survécu : "Mulot et Petitjean" et "Auger".Personnellement moi, c'est ma madeleine de Proust. Entrer dans la boutique sans âge de Mulot et Petijean, contempler les boiseries anciennes et pâtinées, marcher de la pointe des pieds sur le carrelage coloré et sentir.... sentir cette odeur si caractéristique de "notre" pain d'épices. L'anis et l'anis étoilé parfument la pâte du pain d'épices de Dijon. Quel tourbillon de parfums, d'odeurs, de formes.....J'ai toujours été impressionné par les monstrueux "pavés de santé", ces pièces rectangulaires de plus de six kilos que l'on détaillait et vendait au poids. Nous allions fort souvent en acheter pour les grand- tantes, car au delà de la gourmandise, le pavé de santé était appelé ainsi car on lui prêtait une vertu indéniable : " ça fait aller " !!!!!!!!Les pains fourrés de confiture d'orange, les nonnettes, les glacés minces, les sujets .......Le goût de mon enfance ? oui, une tartine de pain d'épices plutôt sec, beurré et trempé dans un cacao au retour d'une partie de neige au pied des vignes du plateau de Chenôve, tout ça les pieds collés contre le radiateur de la salle à manger !Je fais encore régulièrement du pain d'épices sans toutefois chercher à égaler mon bon vieux pavé de santé. La recette diffère en tous points mais le goût est là. Je vous propose mon pain d'épices.Pour deux pains il faut : ( vous êtes prévenus, c'est une bombe calorique )

Kiflice

Kiflice

J'ai une famille.... jusque là, rien de bien extraordinaire. Mais ma famille est bien plus étendue  que ma simple famille biologique. J'ai une famille de coeur ; elle vient des Balkans, et plus exactement de Serbie. Cela fait 25 ans aujourd'hui que j'ai été adopté par cette belle et grande famille qui fait partie intégrante de mon existence. Je les aime ; j'y ai trouvé petits frères et petites soeurs qui, en plus de ma famille "de sang", me supportent au quotidien et savent être là lorsque le besoin s'en fait sentir. Cette famille de coeur a su m'apporter une richesse inestimable : une autre culture. Toutes les facettes de cette culture serbe me sont désormais familières, toutes ou presque s'entend. De cette culture, il est un aspect que je privilégie, et il ne faut pas être grand clerc pour deviner que je m'acharne encore aujourd'hui à décoder la cuisine serbe et ses mille et un trésors. Celle que je connais bien est celle du Sud de Beograd, à mi-chemin entre plaine et montagne, la région de Pozega, Uzice, Mokra Gora, Zlatibor........ C'est une cuisine que l'on pourrait qualifier - sans être péjoratif - de paysanne tant elle puise ses racines dans la terre et ses richesses. Le légume roi est avant tout le chou (kupuc) qui se décline en quelques préparations savoureuses. La meilleure d'entre elles étant - selon moi - la salade de chou. Le chou blanc, voire rouge, est émincé très finement avant d'être assaisonné de sel, poivre, vinaigre de vin et huile avec un soupçon d'eau. Cette salade qui est présente à tous les repas, est brassée à pleines mains avant d'être oubliée quelques heures. Le chou s'attendrit et devient doux tout en conservant un léger craquant. De toutes les salades, c'est la plus rafinée. A celle-ci on peut ajouter la salade serbe ( tomates concombres, oignons et parfois fromage), qui elle aussi, est de toutes les tables. En été, on assiste à des orgies de pastèques énormes ( lubenica ), de fruits savoureux et gorgés de soleil - mention toute particulière et personnelle pour la divine framboise d'Arilje ( malina ) -.Je pourrais écrire quinze pages sur mes coups de coeur et mes découvertes mais je me limiterai à celle qui m'a fait le plus chavirer. Si la culture du fromage est dit-on, française, voire néerlandaise, la  Serbie n'est pas en reste avec les deux ou trois préparations laitières qu'elle connaît. La première et la plus fameuse est le "kajmak". Le lait est mis à tièdir dès la traite et écrémé. Cette crème est réservée et salée pour être longuement affinée et donne naissance au kajmak, fromage crémeux à souhait que l'on peut difficilement comparer. Il est à mi-chemin entre le beurre et la féta. Ce kajmac, malgré son prix élevé, est présent sur les tables aux côtés des salades, des légumes crus, etc.... Il accompagne divinement les viandes grillées, sur lesquelles il fond......... on frôle le péché.... non, c'est un péché. On prépare aussi l'équivalent de la féta. Cette fois le lait est emprésuré et égoutté pour donner ce "sir" que l'on mange à toutes les sauces. On le retrouve souvent râpé grossièrement sur les légumes de la salade serbe. Lorsque je vivais au Kosovo, je m'échappais aussi souvent que possible pour une des enclaves serbes et me rassasier dans un " PESTOPAN" (restaurant). On y faisait grande table de cochonnailles de toutes sortes et grillées. Les énormes saucisses ou encore le roulé à la Karadjorjevic valaient la peine de faire de nombreux kilomètres. Dans ces restaurants, on accompagnait les viandes de bonnes grosses frites maison sur lesquelles le chef râpait du "sir". Indescriptible !!!!Ici et aujourd'hui, je vais vous donner une petite recette. C'est un petit croissant au fromage qui viendra avec succès je pense, agrémenter un buffet, voire un gros apéritif. On les appelle KIFLICE, prononcer "kiflitssé".

Crème de topinambours à l'huile de truffe - Les petits plats de Béa

Crème de topinambours à l'huile de truffe - Les petits plats de Béa

Cette crème de topinambour pourrait être l'accompagnement d'une viande rôtie,d'une volaille ou même d'un poisson sur la table du réveillon ou du jour de Noël. L'huile arômatisée à la truffe est un super aillé qui parfume subtilement cette purée. Pour...

Salade de légumes grillés à la plancha et burrata - Les petits plats de Béa

Salade de légumes grillés à la plancha et burrata - Les petits plats de Béa

Une belle assiette comme on en voit sur les tables italiennes, des légumes d'été légèrement huilés et grillés à la plancha et pour compléter ce mélange une burrata, le summum de la mozzarella. Comme ces légumes sont servis tièdes, j'ai choisi de les poser...

1 Recette facile, Paupiette de poulet à la sauce tomate

1 Recette facile, Paupiette de poulet à la sauce tomate

Cuisinez à l'aide de votre cookéo, un bon plat de viande à la sauce tomate pas cher et rapide - Gigi Cuisine Gourmande - Préparation : 10 min - Cuisson : 15 min - Pour 4 à 6 personnes - 1 oignon émincé, huile d'olive, 100 g de lardons fumés, 6 paupiettes de poulet, 2 cuillères à café de fond de volaille,...

Plat de légumes gratinés à la mozzarella - Nosrecettesfaciles.com

Plat de légumes gratinés à la mozzarella - Nosrecettesfaciles.com

Une recette simple et savoureuse que vous prendrez plaisir à servir en accompagnement d'un barbecue par exemple - Patipati - Préparation : 15 min - Cuisson : 30 min - pour 4 personnes - 1 boule de mozzarella, 2 tomates, 1 petite aubergine, 1 petite courgette, huile d'olive, fines herbes et 2 éclats d'ail,...

1 Recette facile, Gigot d'agneau fondant rôti au four

1 Recette facile, Gigot d'agneau fondant rôti au four

Une recette facile, rapide et savoureuse pour fêter la venue du printemps, une viande cuite au four, parfumée à l'ail et aux herbes du jardin - la cuisine des délices - Préparation : 10 min - Cuisson : 90 min - 8 personnes - Versez un peu d'huile dans un plat à gratin, placez les herbes aromatiques fraîches...

1 Recette facile, Écrasé de Chou-Fleur aux épices

1 Recette facile, Écrasé de Chou-Fleur aux épices

Un écrasé de chou fleur finement parfumé aux épices. une recette délicieuse signée Bouchra, pour accompagner vos viandes grillées et vos poissons - Préparation : 10 min - Cuisson : 30 min - pour 2 à 3 personnes - 500 g de chou-fleur, huile d’olive, 1 gousse d’ail émincée, citron confit, piment rouge,...

Pilons de poulet marinés à la sauce teriyaki

Pilons de poulet marinés à la sauce teriyaki

Pilons de poulet marinés à la sauce teriyaki Une recette simple et économique qui demande juste de préparer la marinade quelques heures en avance puis en 30 minutes environ vous avez un bon repas. Le jus de cuisson est ensuite parfait pour parfumer une simple purée.

Boul-go-gui de Corée du Sud

Boul-go-gui de Corée du Sud

Boul-go-gui de Corée du Sud Une recette traditionnelle coréenne à base de bœuf que l'on grille sur une plaque chauffante conique placée à table. Néanmoins, on peut tout à fait la préparer sur une pierrade où à la poêle. Généralement, ce plat est servi avec un assortiments de légumes crus (concombre, laitue, carottes et feuilles de chrysanthème comestibles) mais on peut juste le proposer avec du riz. Ici, il s'agit de la recette du Chef Mi-Kyeung Kim pour être au plus près des saveurs de la recette originale, il est conseillé d'utiliser des poires asiatiques (elles n'ont pas vraiment la même texture ni le goût des nôtres c'est plus des « pommes-poires » ) et d'utiliser l'ail confit de Corée du Sud de Sarabar (il a été confit dans de l'eau de mer pendant 30 jours donc forcément il n'a ni le goût ni la texture d'un simple ail et encore moins son visuel car il est noir).

Filet mignon de porc à la sauce soubressade

Filet mignon de porc à la sauce soubressade

Filet mignon de porc à la sauce soubressade Une autre façon de déguster la soubressade en repas et non pas juste en apéritif. En effet, ici le filet mignon de porc s'accorde parfaitement bien avec les saveurs de la soubressade qui a la texture idéale pour constituer une sauce bien parfumée. Nous on l'a accompagnée de tagliatelles fraîches qui ne nécessitent que deux minutes de cuisson juste avant de passer à table mais on peut tout à fait les remplacer par des pommes de terre vapeur.

Omelette chinoise aux crevettes

Omelette chinoise aux crevettes

Omelette chinoise aux crevettes Une recette simple et rapide avec des ingrédients faciles à trouver en grandes surfaces. Bien entendu, vous pouvez utiliser des crevettes surgelées préalablement décongelées mais sachez qu'avec des crevettes fraîches décortiquées, non seulement elles rendront moins de jus à la cuisson mais en plus elles auront beaucoup plus de saveur.

Tranches d’agneau marinées à la coriandre et au miel, de Yotam Ottolenghi - Shukar Cooking

Tranches d’agneau marinées à la coriandre et au miel, de Yotam Ottolenghi - Shukar Cooking

Pour 3 : 3 belles tranches de gigot ½ bouquet de coriandre fraiche 10 feuilles de menthe 1 gousses d'ail pelées 5 cm de gingembre frais 1 càc de paprika fumé sel le jus d’un citron 2 càs de sauce soja 2 càs d'huile d’olive 2 càs de miel 1 càs de vinaigre...

Œuf sur le plat en habit de toast - Shukar Cooking

Œuf sur le plat en habit de toast - Shukar Cooking

3 œufs 3 grandes tranches de toasts 6 tranches de bacon huile d’olive piment d’Espelette ou paprika doux Chauffer le four à 240°. Poser les tranches de bacon sur une plaque allant au four munie d’un papier cuisson. Cuire en surveillant jusqu’à que le...

Paupiettes de veau à la provençale - Shukar Cooking

Paupiettes de veau à la provençale - Shukar Cooking

Pour 4 : 4 escalopes de veau un peu de tapenade noire 125 g de mozzarella une grosse boite de tomates pelées 2 oignons huile d'olive une gousse d'ail thym et basilic Aplatir les escalopes à l'aide d’un attendrisseur de viande ou une rouleau à pâtisserie....

Moussaka

Moussaka

 Moussaka   Ingrédients pour 4 à 6 personnes : 2 aubergines 4 grosses pomme de terre 1 grosse boite de tomates pelées 500g de viande hachée de boeuf 1 petite brique de béchamel 1 grosse oignon 2 càc de miel 1 càs d'herbes de provence huile d'olive sel / poivre   Laver et couper les aubergines en rondelles, les faire dégorger avec du gros sel dans une passoire. Emincer l'oignon et le faire blondir dans une sauteuse ou une casserole. Ajouter les tomates, les 2 càc de miel, 1 càs d'huile d'olive, 1 càs d'herbes de provence puis saler et poivrer (pour épaissir la sauce, vous pouvez ajouter 1 brique de coulis tomate). Laisser mijoter à feu doux pendant 25 minutes. Pendant ce temps, peler et laver les pommes de terre, les couper en rondelles. Les disposer dans un plat à gratin préalablement huilé puis arroser d'un peu de jus de tomates qui mijote. Placer  le plat au grill 10 à 15 minutes. Dans une poêle, mettre un peu de beurre et faire [...]