Sandwich américain - les pavés du Paris Roubaix - Les petits plats de Béa

Sandwich américain - les pavés du Paris Roubaix - Les petits plats de Béa

Aujourd'hui ça n'est pas de la grande cuisine, mais une recette qui se devait de figurer sur mon blog car elle me rappelle de belles soirées entre amis. Elle met en évidence une tradition franco belge. Les américains sont des sandwichs de friterie. Un...

Les recettes de cuisine similaires à "Sandwich américain - les pavés du Paris Roubaix - Les petits plats de Béa" de "Les petits plats de Béa"


Pavés de saumon caramélisés

Pavés de saumon caramélisés

  Encore une fois, j'ai eu recours à une recette de Julie Andrieu, classée dans la catégorie "pour faire plaisir aux enfants", mais je peu...

Recettes mexicaines typiques : 3 recettes à tester !

Recettes mexicaines typiques : 3 recettes à tester !

La cuisine mexicaine traditionnelle a été adoptée dans la cuisine française dès le XXe siècle, avec de nombreuses saveurs et techniques apparues après la guerre du Mexique. Les plats mésoaméricains ont été largement utilisés pour combiner les plats indigènes avec ceux apportés d’Europe par les Espagnols. Nous avons rassemblé pour vous quelques recettes mexicaines typiques...Continue Reading

Le Meal Prep - Fourneaux Et Fourchettes

Le Meal Prep - Fourneaux Et Fourchettes

Bien manger, c’est une sacré organisation ! Entre le travail, le sport, les sorties … le temps de cuisiner en semaine se réduit considérablement et on tombe vite dans la facilité. Pour ma part, je dois en plus me cuisiner des plats pour le midi, n’ayant pas de cantine ou de quoi cuisiner sur mon lieu de travail, et n’ayant pas une folle envie de manger des sandwichs tous les midis. Je fais aussi du sport plusieurs soir par semaine, et il m’est souvent impossible niveau timing de rentrer du travail, cuisiner, manger, et partir au sport. Donc, plutôt que de manger un plat de pâte au fromage râpé, je me suis mise au meal prep !  Mais qu’est ce que c’est ? Le meal prep vient de l’anglais « meal » qui signifie repas et « prep » pour préparation, Ou autrement dit l’art de préparer ses repas en amont.  Voilà comment ça se passe à la maison :  Durant la semaine, je prépare mes menus pour la semaine suivante. J’essaye de réduire la viande et le poisson au maximum, je prévois donc en général un seul repas dans la semaine avec de la viande ou du poisson. Si le plat est long à faire, je le prévois en début de semaine pour le cuisiner le week end, sinon je le prévois en milieu de semaine et vais chercher la viande le jour J chez mon boucher. Je fais aussi attention avec le poisson, et ne mange pas de poisson d’origine Norvège par exemple.  Pour le reste de la semaine, je passe en revue les légumes de saisons et essaye de prévoir les plats en fonction. (Pas toujours facile sachant que j’ai vraiment du mal avec 95% des légumes d’hiver !  😉 ) Nous sommes 2 à la maison, et je sais qu’un gros potiron nous fait 2 repas : je prévois donc 2 recettes à base de potiron Pareil pour les sachets de pomme de terre, ou toutes ces choses en grandes quantité qui peuvent servir pour plusieurs repas.  Je trouve ça pratique car il est plus facile pour moi de trouver des idées de recettes autour d’un aliment particulier, et cela évite également le gaspillage.  Pour faire mon menu, je me sers d’un tableau Excel tout simple, ou je note mes recettes pour chaque midis et chaque soirs de la semaine, et ou je note tous les ingrédients dont j’ai besoin, ainsi que les quantités. Ci-dessous mon tableau si vous voulez vous en servir ! Je prends ensuite ma liste et la compare avec tout ce que j’ai dans mes placards : encore une fois on évite le gaspillage ! J’achète seulement ce dont j’ai besoin.  Vient le temps de la cuisine ! (Enfin !) Une fois les courses faites, je me réserve en général le dimanche après-midi pour cuisiner.  La aussi, question d’organisation. On commence par les aliments qui prennent le plus de temps à cuire, et on se pose les bonnes questions : Combien de plats vont aller au four ? Pour combien de temps ? Est ce que plusieurs plats nécessitent les mêmes ingrédients ? Si c’est le cas, je fais en sorte de les préparer en même temps.  Je privilégie les quiches, tartes, et autres plats qui se conserve quelques jours. Mais vous pouvez aussi prévoir d’autres plats qui se gardent un peu moins bien. Dans ce cas, préparez tous vos ingrédients (épluchez vos carottes, découpez vos courgettes,…) et faites cuire le tout au dernier moment ! Vous aurez ainsi gagné un temps très précieux de préparation. En général, je prévois les repas du soir pour 3 personnes : ainsi, il me reste une portion pour le midi! En plus de gagner du temps, cela m’évite de trop me creuser la tête pour trouver 2 fois plus de recettes. Il est temps ensuite de ranger vos préparations ! C’est la qu’il vous faut des boites. De nombreuses boites. Vous pouvez aussi les mettre au congélateur, si votre plat est prévu pour la fin de semaine et que vous n’avez pas envie qu’il se détériore. Pensez à étiqueter vos boites, avec le nom de votre plat, le jour à laquelle vous souhaitez le manger, et la date à laquelle vous l’avez préparé.  Ainsi, plus de casse-tête durant la semaie! Vous sortez votre petite boîte, vous réchauffez, vous assaisonnez si besoin, et vous dégustez. Le grand luxe quoi ! Et encore une fois , les soirs où on a pas trop de temps, c’est tellement plus simple et plus sain que de ce faire un plat rapidos. Le meal prep est également super pour les petits déjeuners ! Vous n’avez pas le temps de prendre un petit déjeuner ? Vous mangez un gros bol de céréale rapidement ? Préparez à l’avance vos barres de céréales, vos galettes pour le matin. Comme ça, un petit déjeuner de chef chaque matin!  Et vous, êtes vous adeptes du « meal prep » ? 

La viticulture biologique a le vent en poupe - Fourneaux Et Fourchettes

La viticulture biologique a le vent en poupe - Fourneaux Et Fourchettes

Ces dernières années, voire décennies, les questions environnementales ont le vent en poupe. Quasiment inconnues il y a encore un demi-siècle, elles sont désormais omniprésentes (ou presque !) de nos jours, que ce soit dans le débat politique, à l’école ou bien dans les préoccupations individuelles des Français. Si la France n’a pas été une pionnière en la matière, force est de constater qu’elle a largement rattrapé son retard en ce qui concerne l’agriculture biologique. L’écart qu’avait creusé, par exemple, l’Autriche, se tasse peu à peu. Les consommateurs français, comme nombre de leurs voisins, font de plus en plus attention à la provenance des produits qu’ils achètent. Parmi les denrées connaissant un profond essor du « bio », il y a le vin. Et le vin bio est dans la plupart des cas un réel gage de qualité. L’essor du vin bio Chaque année, le nombre d’hectares consacrés à la viticulture biologique ou en cours de conversion du conventionnel vers le bio augmente très sensiblement. Encadrée par des normes européennes ayant repris ce que des normes françaises avaient régi un certain temps, l’agriculture biologique appliquée à la vigne se veut davantage respectueuse de la nature. Il faut tout d’abord savoir que la vigne que nous connaissons, Vitis vinifera, n’a pas besoin d’insectes pour être pollinisée : le vent lui suffit, à la manière des noisetiers par exemple. À une époque, cela a été la porte ouverte aux traitements chimiques les plus massifs et dévastateurs, aux effets considérablement néfastes sur l’environnement, la biodiversité, la structure des sols et la santé des hommes aussi bien que des animaux. La tendance s’est heureusement inversée, la raison a été en grande partie recouvrée. Les traitements abusifs soi-disant « préventifs » ont été abandonnés : désormais, ce sont les alertes phytosanitaires qui commandent le déclenchement des éventuels traitements nécessaires bon an, mal an. À cet égard, il faut réellement déplorer les particuliers qui, de nos jours, ont parfois dans leurs potagers les légumes les plus massivement contaminées en métaux lourds, en appliquant par exemple sans discernement de la bouillie bordelaise massive à leurs pieds de tomate, « à titre préventif » – en détruisant au passage des fleurs et donc en réduisant leur récolte… Les vignes européennes autochtones sont très sensibles à différentes pathologies, quoique cela diffère en fonction du cépage considéré. Si le phylloxéra est facilement endigué par le choix d’un porte-greffe adapté, on ne peut en dire autant de l’oïdium (qui blanchit les feuilles), du célèbre mildiou qui peut brunir l’entiéreté d’un cep ou encore d’autres atteintes cryptogammiques plus ou moins graves de type fusariose, verticilliose, etc. Autre point positif : peu à peu, les cépages américains ainsi que les dénommés « hybrides producteurs directs » interdits depuis la décennie 1930 en France sous la pression de l’industrie chimique et des viticulteurs craignant une surproduction de vin (à une époque où l’Algérie française exportait massivement du « vin de table » vers la métropole) sont libéralisés, du moins pour les particuliers. Dans certaines régions comme les Cévennes, la tolérance des autorités va jusqu’à permettre à des professionnels d’en faire du vin et même d’organiser de petites foires locales. C’est une mine d’or pour de futurs assemblages novateurs toujours plus avares en traitements phytosanitaires et toujours plus productifs ! Comment choisir son vin biologique ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les vins bio ne sont pas nécessairement plus chers que les vins conventionnels. Ils occupent généralement dans les rayons des magasins et e-commerce, à l’instar de la boutique en ligne Vins étonnants, une place de choix. Pas de fertilisants non naturels, aucun OGM, mais uniquement du soufre et de la bouillie bordelaise traditionnelle en cas de besoin : c’est beaucoup mieux pour la santé. Certains breuvages se doublent de l’absence de sulfites ajoutés, misent sur la biodynamie et/ou profitent de l’engouement autour des « vins naturels ». Cela rompt avec les codes des années qui avaient précédé, où tous les vins de France avaient tendance à se ressembler tout fortement, se montrant « surfaits » et sans aucune originalité. Nous ne pouvons que nous réjouir de la diversité qui est en train de réémerger ! Le vin bio peut aussi bien être du rosé que du rouge ou du blanc, en passant par les mousseux et autres moelleux. Tous les cépages, renommés et moins renommés, grands et petits, se mettent peu à peu au bio, si bien qu’un jour le mouvement biologique sera peut-être (espérons-le !) général dans le domaine de la viticulture française et, pourquoi pas, européenne. Avec l’été qui arrive, nul doute que le vin rosé bio fera de très nombreux adeptes, de même que les blancs à boire bien frais (éventuellement aromatisés au pamplemousse, pour les amateurs ?). Les rouges sucrés auront également leur place, surtout avec du melon, ce grands mets de la belle saison, que tout le monde attend impatiemment. Dans tous les cas, régalez vos invités avec du vin bio, histoire de leur montrer que vous vous souciez tout autant de leur bonne santé que de leurs papilles et de la planète !

Pain d'épices

Pain d'épices

     Il existe de nombreuses variétés de pain d'épices et autant de villes tant en France qu'à l'étranger qui peuvent s'enorgueillir de mettre en avant cette spécialité.Reims, Sens, l'Alsace, l'Allemagne (Ulm), l'Angleterre offrent toutes un pain d'épices dont les recettes sont parfois très différentes. La base toutefois, reste unique : une farine, du miel et des épices.Le pain d'épices de Dijon se distingue essentiellement par le recours à la farine de blé alors que les autres sont très souvent faits à base de farine de seigle.Le pain d'épices est plus que millénaire ; si des traces de pain de sésame au miel sont connues et répertoriées en Egypte antique, Rome mettait aussi à sa table des préparations faites de  pâtes frites au miel. Le pain d'épices tel que nous le connaissons en occident viendrait quant à lui de l'extrème-orient et l'on avance l'hypothèse qu'il descendrait en droite ligne d'un pain/gâteau chinois (le mi-kong), pain dont la réputation de très longue conservation aurait séduit les troupes du terrible Gengis Khan.  Ce pain aurait cheminé à travers le continent avant d'échouer au Moyen-Orient. De là, des Croisés le rapportèrent dans les Flandres et la jeune comtesse de Flandres et d'Artois, également duchesse de Bourgogne, Marguerite de Flandres aurait apporté cette préparation à Dijon, siège du duché.         Du fond de sa retraite du château de Germolles ( Saône-et-Loire), notre bonne duchesse nous a transmis cette spécialité qui fait encore la renommée de notre bonne vieille ville de Dijon.Jusque dans les années cinquante, la région comptait plus de quarante artisans "pain-d'épiciers". Aujourd'hui, seules deux maisons ont survécu : "Mulot et Petitjean" et "Auger".Personnellement moi, c'est ma madeleine de Proust. Entrer dans la boutique sans âge de Mulot et Petijean, contempler les boiseries anciennes et pâtinées, marcher de la pointe des pieds sur le carrelage coloré et sentir.... sentir cette odeur si caractéristique de "notre" pain d'épices. L'anis et l'anis étoilé parfument la pâte du pain d'épices de Dijon. Quel tourbillon de parfums, d'odeurs, de formes.....J'ai toujours été impressionné par les monstrueux "pavés de santé", ces pièces rectangulaires de plus de six kilos que l'on détaillait et vendait au poids. Nous allions fort souvent en acheter pour les grand- tantes, car au delà de la gourmandise, le pavé de santé était appelé ainsi car on lui prêtait une vertu indéniable : " ça fait aller " !!!!!!!!Les pains fourrés de confiture d'orange, les nonnettes, les glacés minces, les sujets .......Le goût de mon enfance ? oui, une tartine de pain d'épices plutôt sec, beurré et trempé dans un cacao au retour d'une partie de neige au pied des vignes du plateau de Chenôve, tout ça les pieds collés contre le radiateur de la salle à manger !Je fais encore régulièrement du pain d'épices sans toutefois chercher à égaler mon bon vieux pavé de santé. La recette diffère en tous points mais le goût est là. Je vous propose mon pain d'épices.Pour deux pains il faut : ( vous êtes prévenus, c'est une bombe calorique )

Harengs - topinambours à l'huile

Harengs - topinambours à l'huile

Le "hareng-pommes-à-l'huile" est un plat plus que traditionnel des bonnes et vraies brasseries parisiennes. J'en suis dingue. Je me rappelle que chez nous, c'est mon père qui les préparait à l'entrée de l'hiver. Il utilisait un grand bocal en verre et empilait avec soin les rondelles d'oignons, les tranches de carottes en alternance avec les filets de harengs coupés en deux ou trois. Quelques feuilles de laurier et le bocal passait l'hiver soit sur le bord de la fenêtre de la cuisine et par grands froids dans la véranda. Les filets de harengs venaient alors régulièrement agrémenter les repas de soir avec salade verte ou de pommes de terre. Ce n'était pas la recette traditionnelle mais je vous promets que c'était inégalable.Je veux perpétuer cette tradition et depuis toujours, je prépare mes harengs comme papa.Disposant aujourd'hui d'un grand potager, j'ai commencé à récolter ce légume dit "oublié" qu'est le topinambour. C'est un légume très gouteux qui tout en ayant la consistance du navet délivre un goût subtil de coeur d'artichaut. Il se décline comme la pomme de terre. J'ai eu alors l'idée de remplacer la pomme de terre du "harengs-pommes-à-l'huile" par des topinambours. Je reconnais que ce légume peut être un peu rebutant à éplucher mais c'est juste un coup de main à attraper !

Wrap aux rillettes de maquereau et légumes croquants - Les petits plats de Béa

Wrap aux rillettes de maquereau et légumes croquants - Les petits plats de Béa

Un wrap fraicheur, à déguster sur la terrasse ou dans le jardin par une belle soirée, ça vous dit. Moi j'aime. Le wrap fait sûrement parti de la famille des sandwichs mais je n'ai pas l'impression de manger un sandwich. Il pourrait également garni votre...

Gyros grec - Grèce (1) - Athènes, le quartier de Plaka - Les petits plats de Béa

Gyros grec - Grèce (1) - Athènes, le quartier de Plaka - Les petits plats de Béa

Le gyros est le plat emblématique des rues grecques. Quel régal de flâner dans les ruelles d'une vieille ville en dégustant l'un de ces sandwichs de viande de porc ou de poulet grillé à la broche accompagnée de zatziki, tomates, oignons rouges et de frites....

Bagel à l'avocat et truite fumée - Les petits plats de Béa

Bagel à l'avocat et truite fumée - Les petits plats de Béa

Ces bagels apparaissent régulièrement sur les blogs des uns et des unes. Ici ces petits sandwichs maison sont d'abord pochés avant d'être cuits au four. Je vous propose finalement la recette classique du bagel servi frais, il n'empêche c'est un sandwich...

Sauce ranch - Balico & co.

Sauce ranch - Balico & co.

American ranch dressing La sauce ranch est incontournable dans la cuisine américaine et canadienne. Elle accompagnera bien les salades, les wraps, les aubergines frites, les sandwichs et bien d’autres comme les dipping pour les nachos. Je ne peux que vous conseiller de la préparer avec de la mayonnaise faite maison. Cela donnera une saveur absolument […]

Tarte aux noix de pécan - Balico & co.

Tarte aux noix de pécan - Balico & co.

Pecan pie Révision : 09/08/2020 Ce dessert traditionnel nord-américain, la tarte aux noix de pécan ou pecan pie en anglais, est une spécialité du sud des Etats-Unis d’Amériques, généralement servie pour les fêtes de Thanksgiving le 4e jeudi du mois de Novembre. On la déguste au dessert ou au goûter avec une crème fouettée maison. […]

Saumon grillé et riz sauté à l'ail et à la sauce soja - Les recettes de Mumu

Saumon grillé et riz sauté à l'ail et à la sauce soja - Les recettes de Mumu

Maman c'est le meilleur riz que tu ai jamais fait ! Voilà ce que les Miss ont dit de ce plat, même si l'inspiration vient de mon panier Quitoque, les compliments sont toujours bons à prendre :) 2 courgettes 1 gousse d'ail 1 oignon 4 pavés de saumon 300gr...

1 Recette facile, Blanquette de la mer au saumon

1 Recette facile, Blanquette de la mer au saumon

Un plat de poisson généreux, convivial et vite prêt, pour régaler vos convives en toute occasion - Sonia - Préparation : 15 min - Cuisson : 30 min - pour 4 personnes - 4 pavés de saumon, crème liquide, 100 g de crevettes roses décortiquées, 2 pommes de terre, 1 poireau, 5 champignons de Paris,...

Cocktail de cactus

Cocktail de cactus

Cocktail de cactus Une recette originale de cocktail qui en plus est très bon pour la santé avec un ingrédient exotique : le nopal à croquer! Généralement, on le consomme surtout dans les plats sud américains. Chez nous on l'appelle plus communément le Figuier de Barbarie, c'est un cactus raquette originaire du Mexique, vous pouvez en trouver chez "Kajuard Plantes" en France à Bretx. En effet, c'est un spécialiste de la culture de cactus et de succulentes qui vend du nopal bio, il est producteur et transformateur, on trouve aussi chez lui d'incroyables plantes comestibles rares en pots (vanille, fruits du dragon, herbes médicinales comestibles...). Pour cette recette j'ai utilisé la variété "opuntia ficus indica", une variété rare et gélive conseillée pour les régimes minceurs et les personnes souffrant de diabète ou de cholestérol (son gel se dépose sur l'estomac et absorbe les graisses et les sucres !). Ce nopal frais possède aussi d'autres propriétés et est couramment utilisé au Mexique pour son action anti-ulcéreuse et anti-inflammatoire, en soin de beauté ou contre la chute de cheveux. Dans ce cocktail je l'ai utilisé cru pour non seulement avoir un maximum de vitamines et de nutriments mais aussi pour sa texture particulière.

Saumon poêlé à l'aneth (pas à pas en photos)

Saumon poêlé à l'aneth (pas à pas en photos)

Saumon poêlé à l'aneth Plus qu'une recette, il s'agit d'une façon de préparer les pavés de saumon qui ne nécessite que quelques minutes et qui permet d'avoir un bon repas rapidement. En effet, généralement les enfants préfèrent lorsque le poisson poêlé devient un peu croustillant sur les contours et les herbes aromatiques lui donnent du goût ce qui forcément n'a rien à voir avec une cuisson vapeur même si d'un point de vue diététique c'est moins bon pour la santé. Mais après tout, si l'objectif c'est que les enfants mangent du poisson, il est atteint comme ça...

Quiche de pain aux légumes primeurs

Quiche de pain aux légumes primeurs

Quiche de pain aux légumes primeurs Une recette originale pour le concours LIDL « Votre plus belle recette made in France » avec la barquette du primeur offert au Salon du blog culinaire de Paris. Cette recette est un hybride de la quiche et du tian de légumes provençal. On peut tout à fait l'adapter au fil des saisons en variant les légumes primeurs, la quiche étant traditionnellement un plat familial simple rapide et surtout variable à l'infini en fonction du marché. Le choix d'une pâte à base de pain peut surprendre mais sur le même principe que le pain perdu, elle permet de ne rien gâcher tout en apportant grâce à l'appareil de la quiche un liant qui va non seulement solidifier le pain en pâte mais aussi assembler les légumes avec ce goût inimitable de pain grillé qui s'accorde à merveille avec les légumes poêlés aux herbes aromatiques.

Tajine de saumon au safran

Tajine de saumon au safran

Aujourd'hui je vous propose un plat salé: tajine de saumon au safran. C'est un plat que nous adorons beaucoup à la maison. Des épices, des pavés de saumon avec des pommes de terre, un vrai régal!

Dos de cabillaud panure à l’ail des ours, poireaux et asperges - Le blog de Michelle - Plaisirs de la Maison

Dos de cabillaud panure à l’ail des ours, poireaux et asperges - Le blog de Michelle - Plaisirs de la Maison

Un plat de poisson bien goûteux avec cette panure à l'ail des ours, une jolie recette. Ingrédients : pour 3 personnes 3 pavés de cabillaud (pavé de 150 g soit 450 g au total) 3 blancs de poireaux 500 g d’asperges blanches ou violettes (au moins 6 asperges)...

Saumon cuit à l'unilatéral, chutney de betterave - Le blog de Michelle - Plaisirs de la Maison

Saumon cuit à l'unilatéral, chutney de betterave - Le blog de Michelle - Plaisirs de la Maison

Saumon cuit à l’unilatéral, chutney de betterave Une recette d’un livret accompagnant la friteuse Actifry SEB Ingrédients : pour 4 personnes 4 pavés de saumon frais de 150 g chacun (avec la peau) 4 cuillerées à café de graines de sésame 125 g de riz long...