Confiture de fraises et fleurs de sureau - Les petits plats de Béa

Confiture de fraises et fleurs de sureau - Les petits plats de Béa

Ces deux là ont eu la bonne idée d'arriver dans le jardin en même temps c'est bien un signe. Alors je les ai assemblés pour cuisiner une confiture dont la note florale est bien présente. Quelques bonnes tartines se profilent pour ravir nos papilles au...

Les recettes de cuisine similaires à "Confiture de fraises et fleurs de sureau - Les petits plats de Béa" de "Les petits plats de Béa"


Filets de sardines à la plancha

Filets de sardines à la plancha

Ca y est, ma cuisine a définitivement migré pour l'été dans le jardin, et ma plancha a repris une place importante pour la cuisson de mes plats. Chez mon poissonnier, j'ai trouvé des doubles filets de sardines qui étaient parfaits pour une cuisson à la plancha. Pour les parfumer légèrement, je les a

Bangkok - Fourneaux Et Fourchettes

Bangkok - Fourneaux Et Fourchettes

Bonjour bonjour ! J’ai eu envie de me replonger dans mes photos et souvenirs de vacances aujourd’hui ☺️ Alors je commence par l’un des plus beaux voyages que j’ai pu faire ! On a eu la chance – fin 2019 – de partir faire un petit tour en Asie. Le voyage Nous sommes partis de Genève, et après une courte escale dans le bel aéroport de Dubaï (villa dans laquelle nous avons séjourné quelques jours à notre retour, j’essayerais de faire un article rapidement!) nous voilà à l’aéroport de Bangkok ! C’était aussi ma première fois sur un long courrier ! Bon, ok c’était long, mais moi qui ai beaucoup de mal à rester en place, j’appréhendais vachement ces 2 x 6h de vol qui se sont au final plutôt bien passées. (Merci la télé dans l’avion !) On est parti avec Emirates et – je ne pensais jamais dire ça a un jour – on a très bien mangé ! Bref, le vol était déjà en soit une super nouvelle expérience😊 Autant vous dire que partir de Genève au mois de Novembre pour atterrir à Bangkok, on a eu un léger choc thermique 😬 Premier jour Attendez attendez …. avant notre arrivée à l’hôtel, on a du faire la route de l’aéroport à l’hôtel ! Et c’est la que c’est drôle ! Des immmeeenses voies, 4 files, 5 voire 6 voitures côte à côte. Le code de la route ? C’est « si ça passe, tu passes » ! J’adore ! Ça y’ est, on arrive dans notre belle hôtel ! Super chambre (des lits de 4 m de large qui sont visiblement typiques de la Thaïlande 😬), et une piscine plus que nécessaire. (Et un cocktail de bienvenue super bon sinon c’est pas vraiment des vacances). L’hôtel se situe juste à côté de ce que l’on pourrait comparer à une zone piétonne, avec pleins de restaurants / bars et magasins qui font tous plus envie les uns que les autres  On commence par un bon repas dans un endroit ou on a fini par passer le plus clair de notre temps tellement c’était top : le madame monsir ! La nourriture et les cocktails sont délicieux, et tout est organisé un peu comme un grand salon avec des coussins, canapés et autres chaises longues pour se prélasser comme il faut. (Si vous voulez y faire un tour : https://www.facebook.com/madamemusur/ ) Premier pad Thai ! J’avais déjà mangé ce plat en France mais la … un vrai pad Thai de Thaïlande ça n’a absolument pas de prix (au sens propre comme au figuré, la nourriture est tellement pas cher la bas !) On en fait très régulièrement depuis, je vous mets la recette très rapidement ! C’est hyper facile à faire et mon dieu que c’est bon 😵 Après avoir bien mangé et bien bu, let’s go pour la première visite de temple ! (La première d’une longue série !) On fini notre journée au “Wat Intharawihan” où on peut voir le fameux bouddha couché. Et waouh ! La classe ! Il est gigantesque ! En plus c’était la fin de journée, on a donc eu la chance de voir le temple s’illuminer au fil de la nuit qui tombe. Deuxième jour  De loin ma journée préférée du séjour ! On a passé une bonne partie de la journée au Chatuchak Market, un marché immense, dont on a pas du tout assez d’une journée pour faire le tour. Mais c’était incroyable ! Le marché est remplie de toute petites allées remplis de marchands qui vendent absolument tout !  Pour le midi, vous avez le choix ! Du poisson, de la viande, des légumes… et des fruits tout frais ! On a goûté un sorbet à la noix de coco, le meilleur que j’ai jamais mangé. Après manger, on continue la journée après la visite d’un temple qui surplombe la ville. La vue de la haut était magnifique, et offre quand même des panoramas hyper étonnants ( des Temples en or brillant au milieu de bidonville et d’immeubles hyper modernes) En redescendant du temple, on monte dans un petit bateau qui longe le fleuve pour se rendre à la maison de Jim Thompson  La maison de Jim Thompson, c’est un très joli endroit. De beaux jardins, de beaux bâtiments, et une visite qui retrace la vie de ce bon vieux Jim. (Notamment sa collection d’œuvre d’art et son rôle dans l’industrie de la soie)  Troisième jour Pour ce troisième et dernier jour, nous avons pris le bateau pour nous rendre au Palais Royal. C’est l’ancien palais du roi, et ce qu’on peut dire c’est qu’il avait quand même un peu des goûts de luxe : un palais de 29 hectares, composé de pleins de bâtiments différents (et très bling bling). Mais en tout cas, ça donne lieu à une magnifique visite entre les bâtiments, fresques, faïences et autres sculptures !  Ça y’est, notre petit tour de Bangkok se termine… c’est une ville qui bouge beaucoup et que j’ai trouvé très agréable (mais très très polluée…) malgré le peu de temps que j’y ai passé. Maintenant, direction Chiang Mai ! Pour rejoindre cette ville de Thaïlande du nord, nous avons pris le train de nuit, et j’ai mais tellement aimé ça. T’es tout seul dans ton petit lit, derrière ton rideau, avec un bon livre et le paysage incroyable qui défile. Vraiment, c’était exceptionnel, et, contre toute attente, j’ai carrément bien dormi !  La suite de l’aventure se fera dans un post sur Chiang Mai (si vous hésitez à y aller, n’hésitez pas, c’est absolument exceptionnel comme endroit). A bientôt pour de nouvelles aventures !

La viticulture biologique a le vent en poupe - Fourneaux Et Fourchettes

La viticulture biologique a le vent en poupe - Fourneaux Et Fourchettes

Ces dernières années, voire décennies, les questions environnementales ont le vent en poupe. Quasiment inconnues il y a encore un demi-siècle, elles sont désormais omniprésentes (ou presque !) de nos jours, que ce soit dans le débat politique, à l’école ou bien dans les préoccupations individuelles des Français. Si la France n’a pas été une pionnière en la matière, force est de constater qu’elle a largement rattrapé son retard en ce qui concerne l’agriculture biologique. L’écart qu’avait creusé, par exemple, l’Autriche, se tasse peu à peu. Les consommateurs français, comme nombre de leurs voisins, font de plus en plus attention à la provenance des produits qu’ils achètent. Parmi les denrées connaissant un profond essor du « bio », il y a le vin. Et le vin bio est dans la plupart des cas un réel gage de qualité. L’essor du vin bio Chaque année, le nombre d’hectares consacrés à la viticulture biologique ou en cours de conversion du conventionnel vers le bio augmente très sensiblement. Encadrée par des normes européennes ayant repris ce que des normes françaises avaient régi un certain temps, l’agriculture biologique appliquée à la vigne se veut davantage respectueuse de la nature. Il faut tout d’abord savoir que la vigne que nous connaissons, Vitis vinifera, n’a pas besoin d’insectes pour être pollinisée : le vent lui suffit, à la manière des noisetiers par exemple. À une époque, cela a été la porte ouverte aux traitements chimiques les plus massifs et dévastateurs, aux effets considérablement néfastes sur l’environnement, la biodiversité, la structure des sols et la santé des hommes aussi bien que des animaux. La tendance s’est heureusement inversée, la raison a été en grande partie recouvrée. Les traitements abusifs soi-disant « préventifs » ont été abandonnés : désormais, ce sont les alertes phytosanitaires qui commandent le déclenchement des éventuels traitements nécessaires bon an, mal an. À cet égard, il faut réellement déplorer les particuliers qui, de nos jours, ont parfois dans leurs potagers les légumes les plus massivement contaminées en métaux lourds, en appliquant par exemple sans discernement de la bouillie bordelaise massive à leurs pieds de tomate, « à titre préventif » – en détruisant au passage des fleurs et donc en réduisant leur récolte… Les vignes européennes autochtones sont très sensibles à différentes pathologies, quoique cela diffère en fonction du cépage considéré. Si le phylloxéra est facilement endigué par le choix d’un porte-greffe adapté, on ne peut en dire autant de l’oïdium (qui blanchit les feuilles), du célèbre mildiou qui peut brunir l’entiéreté d’un cep ou encore d’autres atteintes cryptogammiques plus ou moins graves de type fusariose, verticilliose, etc. Autre point positif : peu à peu, les cépages américains ainsi que les dénommés « hybrides producteurs directs » interdits depuis la décennie 1930 en France sous la pression de l’industrie chimique et des viticulteurs craignant une surproduction de vin (à une époque où l’Algérie française exportait massivement du « vin de table » vers la métropole) sont libéralisés, du moins pour les particuliers. Dans certaines régions comme les Cévennes, la tolérance des autorités va jusqu’à permettre à des professionnels d’en faire du vin et même d’organiser de petites foires locales. C’est une mine d’or pour de futurs assemblages novateurs toujours plus avares en traitements phytosanitaires et toujours plus productifs ! Comment choisir son vin biologique ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les vins bio ne sont pas nécessairement plus chers que les vins conventionnels. Ils occupent généralement dans les rayons des magasins et e-commerce, à l’instar de la boutique en ligne Vins étonnants, une place de choix. Pas de fertilisants non naturels, aucun OGM, mais uniquement du soufre et de la bouillie bordelaise traditionnelle en cas de besoin : c’est beaucoup mieux pour la santé. Certains breuvages se doublent de l’absence de sulfites ajoutés, misent sur la biodynamie et/ou profitent de l’engouement autour des « vins naturels ». Cela rompt avec les codes des années qui avaient précédé, où tous les vins de France avaient tendance à se ressembler tout fortement, se montrant « surfaits » et sans aucune originalité. Nous ne pouvons que nous réjouir de la diversité qui est en train de réémerger ! Le vin bio peut aussi bien être du rosé que du rouge ou du blanc, en passant par les mousseux et autres moelleux. Tous les cépages, renommés et moins renommés, grands et petits, se mettent peu à peu au bio, si bien qu’un jour le mouvement biologique sera peut-être (espérons-le !) général dans le domaine de la viticulture française et, pourquoi pas, européenne. Avec l’été qui arrive, nul doute que le vin rosé bio fera de très nombreux adeptes, de même que les blancs à boire bien frais (éventuellement aromatisés au pamplemousse, pour les amateurs ?). Les rouges sucrés auront également leur place, surtout avec du melon, ce grands mets de la belle saison, que tout le monde attend impatiemment. Dans tous les cas, régalez vos invités avec du vin bio, histoire de leur montrer que vous vous souciez tout autant de leur bonne santé que de leurs papilles et de la planète !

Faisselle au sirop de fleurs de sureau et fraises du jardin - Les petits plats de Béa

Faisselle au sirop de fleurs de sureau et fraises du jardin - Les petits plats de Béa

Quand dans le jardin, arrivent les premières fraises je n'ai qu'une envie faire simple pour mettre en valeur leur saveur. Bien sûr on peut les déguster tel quel mais ici pour un dessert un peu plus élaboré et en même temps on ne peut plus simple, je les...

Confiture rhubarbe - fraise aux fleurs de sureau et graines de chia - Les petits plats de Béa

Confiture rhubarbe - fraise aux fleurs de sureau et graines de chia - Les petits plats de Béa

Ca n'est plus une surprise quand c'est la saison, les fleurs de sureau reviennent dans mes recettes. Quand il s'agit de confitures, elles les parfument délicatement d'une note florale. Pour 4 pots 800 g de rhubarbe 250 g de fraises 700 g de sucre 2 cuillères...

Poulet aux tomates confites et herbes du jardin - Les petits plats de Béa

Poulet aux tomates confites et herbes du jardin - Les petits plats de Béa

J'ai appelé cette recette poulet aux tomates confites et herbes du jardin, mais les herbes du maraîcher iront tout aussi bien. C'est un plat de poulet tout simple, facile à réaliser et gouteux. La cuisson se fait en deux temps, une première sur la table...

Sablés bretons aux fraises et chantilly au basilic - Les petits plats de Béa

Sablés bretons aux fraises et chantilly au basilic - Les petits plats de Béa

Pour ce 1er mai j'accompagne ces tartelettes d'un joli bouquet de muguet de mon jardin, un petit cadeau virtuel pour qu'il vous apporte le bonheur. Lorsque je vous ai proposé mes tartelettes aux nèfles et à la fève tonka la base était l'équivalent d'un...

Gateau amandine fraises, rhubarbe et fleurs de sureau - Les petits plats de Béa

Gateau amandine fraises, rhubarbe et fleurs de sureau - Les petits plats de Béa

Ce gâteau a tout d'un clafoutis Il contient des ?ufs et du lait, de la poudre d'amandes et de ce fait peu de farine. La texture de la pate rappelle celle du clafoutis. J'aime associé la rhubarbe aux fraises. En confiture c'est un délice et puisque la...

Mousse au citron et compotée de rhubarbe aux fleurs de sureau - Les petits plats de Béa

Mousse au citron et compotée de rhubarbe aux fleurs de sureau - Les petits plats de Béa

La saison des fleurs de sureau est courte. Il faut vite en profiter. l'année dernière je vous ai proposé une confiture de rhubarbe aux fleurs de sureau. Elle m'a donné envie d'y revenir sous la forme d'une compotée, la rhubarbe se marie parfaitement au...

Mousse de fromage blanc aux mûres - Les petits plats de Béa

Mousse de fromage blanc aux mûres - Les petits plats de Béa

Je vous l'ai déjà dit, j'ai comme voisine, une vieille ferme dont les terres sont à l'abandon. C'est là que prolifèrent les sureaux qui m'ont permis de faire cette gelée de sureau Ou cette confiture de rhubarbe aux fleurs de sureau. Depuis quelques...

Confiture à la rhubarbe et aux fleurs  de sureau - Les petits plats de Béa

Confiture à la rhubarbe et aux fleurs de sureau - Les petits plats de Béa

J'ai eu l'inspiration de cette recette, la semaine dernière sur un marché artisanal. A la vue de pots de confiture à la rhubarbe et aux fleurs de sureau j'ai su tout de suite que j'allais faire la même chose à la maison. Pas bien difficile j'ai la matière...

Salade de Printemps fleur bleue - Line Lisbonne Et Cie

Salade de Printemps fleur bleue - Line Lisbonne Et Cie

Une salade de Printemps colorée avec des crudités inhabituelles, de la pomme, des noix et des fleurs de centaurées séchées. Les fleurs de  bourrache officinale sont également comestibles pour celles et ceux qui ont un jardin. Découvrez la recette ! 

Huile d'olive au basilic - Les Papilles de Karen

Huile d'olive au basilic - Les Papilles de Karen

Si vous avez du basilic dans votre jardin, il se peut qu'il monte en fleur, surtout lors des coups de chauds. Mieux vaut enlever ces tiges de fleurs car elles poussent au détriment des feuilles... Mais surtout ne les jetez pas ! Il suffit de les mettre...

Salade de pissenlits du jardin

Salade de pissenlits du jardin

Le pissenlit, tout comme la violette ou la pâquerette, sont des fleurs comestibles. On les mange en salade, accompagnés de lardons et d'oeuf.

Gelée de fleurs de sureau noir

Gelée de fleurs de sureau noir

Les sureaux sont en fleurs , et leur délicat parfum embaume le jardin. Il est temps de préparer de délicieuses gelées que l'on glissera sur de belles tartines.

Muffins aux baies de sureau noir

Muffins aux baies de sureau noir

Le sureau est un arbuste campagnard dont on utilise à la fois les fleurs et les fruits pour faire des gelées, des sirops, des confitures ... C'est un bel arbuste à fleurs, réputé pour ses fruits noirs comestibles qui font aussi le bonheur des oiseaux On consomme aussi bien les fruits que les fleurs qui sont même trans

Vinaigre aux fleurs de sureau noir

Vinaigre aux fleurs de sureau noir

Le printemps s'est bien installé : entre mai et juin les sureaux du jardin sont tous en fleurs ! Le sureau est un bel arbuste à fleurs blanches , réputé également pour ses fruits noirs comestibles qui font le bonheur des oiseaux. Cet arbrisseau est très connu car tout s'utilise dans cet arbre : le bois servait à faire

Vinaigre parfumé à l'alliaire, l'herbe à ail

Vinaigre parfumé à l'alliaire, l'herbe à ail

L'alliaire est une plante de type "mauvaise herbe"que vous trouverez dans votre jardin si vous y prêtez attention. C'est la pleine saison en ce moment : facilement reconnaissable, ses longues tiges s'élancent vers le ciel et portent de jolies fleurs blanches en croix. Si vous froissez ou mâchouillez les feuilles, vous

Verrine au saumon fumé - Une toquée en cuisine

Verrine au saumon fumé - Une toquée en cuisine

Les capucines profilèrent dans mon jardin. Outre le fait que se sont de très jolies fleurs elles sont parfaitement comestibles. Pour 4 personnes Ingrédients: - 100g de fromage frais - 1 tranche de saumon fumé - 4 feuilles de salade - Sel, poivre - 4 feuilles...

Comment planifier et cultiver un potager en carrés?

Comment planifier et cultiver un potager en carrés?

Comment planifier et cultiver un potager en carrés? Manger ses propres légumes bios fraîchement cueillis dans son jardin n'est plus un rêve utopique. En effet, avec un simple balcon ou une jardinière on peut tout à fait appliquer le même principe que dans un potager en carrés. La seule contrainte c'est l'espace : plus on a d'espace plus on peut cultiver. Mais dans l'idéal, pour débuter, un petit jardin ou même une terrasse pouvant accueillir 2 carrés potagers d'1m20 suffisent pour s’initier à la rotation des cultures. Ainsi, avec quelques légumes et petits fruits faciles, entourés d'herbes aromatiques et de fleurs comestibles, vous n'aurez qu'une envie, voir plus grand, tester des nouveautés ou des légumes oubliés juste pour le plaisir de les voir pousser et enfin pouvoir les cueillir pour les déguster. Mais comment ça marche? Quels sont les pièges à éviter? Comment s'organiser et planifier ses carrés en fonction de ses goûts? Quels sont les secrets et les gestes bios pour préserver la nature et la diversité biologique pour un potager vivant tout au long de l'année? Vous découvrirez tout cela et bien plus encore à travers mes nombreux articles et anecdotes autour du potager pour vous faire profiter de mon expérience et pouvoir vous lancer à votre tour si vous le souhaitez ...