La popote du cochon

La popote du cochon167 recettes

La popote du cochon - le blog de susminervam sur Cuisine Land

Les tags les plus populaires de "La popote du cochon"


Dessert

Dessert

85 recettes
Fruit

Fruit

58 recettes
Légume

Légume

57 recettes
Europe

Europe

54 recettes
Plat

Plat

46 recettes
Gâteau

Gâteau

40 recettes
Alcool

Alcool

39 recettes
Entrée

Entrée

35 recettes
France

France

34 recettes
Viande

Viande

33 recettes
Boisson

Boisson

32 recettes
Lin

Lin

27 recettes

Les recettes de cuisine de "La popote du cochon"


Tourte poireaux - raclette

Tourte poireaux - raclette

Après un début d’automne atypique on arrive enfin aux températures normales de saison. Une tourte plutôt facile à préparer et un peu opportuniste.

Limoncello

Limoncello

Le temps des agapes hivernales est révolu et à l'heure où l'été fait une entrée précoce, il nous revient des envies de déjeuners légers - ça reste à voir, ça ! - et de choses plus fraiches. Quand bien même ces envies trouvent-elles satisfaction au gré des barbecues et autres garden parties, il est parfois de bon ton de terminer le repas par un petit digestif. Fi des alcools bruns de "papa" et cédons la place à une liqueur qui reprend toute sa légitimité sur nos tables depuis quelques années, forte d'un "revival" à mes yeux plus que mérité.Originaire du grand sud de l'Italie ( Naples, côte amalfitaine voire Sicile ) le limoncello n'a rien à envier à bien d'autres spiritueux, se démarquant par la simplicité et l'unicité de son goût.La fraicheur et l'amertume du citron alliées à la douceur du sucre et à la force d'un alcool puissant sont les bienvenues. Personnellement je ne déroge pas à la règle de servir le limoncello totalement glacé. J'adore sa vertu discrète qui permet de produire un très léger "rototo", gage d'une digestion assurée et assumée !!!!!!

Toum (crème d'ail)

Toum (crème d'ail)

La vogue de la "street food" nous fait connaitre le pire comme le meilleur. En modeste amateur de la cuisine du Moyen-Orient, je craque littéralement pour la cuisine libanaise et pour une petite chose que l'on consomme sans trop la remarquer mais qui, à mes yeux, est un pur délice : le "toum". Il s'agit de cette sauce à l'ail d'une blancheur immaculée et tellement parfumée....... n'en déplaise aux haineux, elle est divine quand bien même elle vous confère, après coup, une haleine de chacal..... ou de yach, au choix. Assez simple à préparer, elle accompagne sans coup férir les incontournables "chich taouk", poulet mariné et grillé,  consommés en brochettes ou à l'assiette.J'ai fait plusieurs tentatives et après avoir quémandé un secret auprès d'un restaurateur libanais voisin, je suis aujourd'hui en mesure de vous partager la recette. Je reconnais que - en grand amoureux de l'ail - j'avais eu la main très lourde sur les gousses.... je me suis calmé LOL 

Aloo palak

Aloo palak

On peut voyager loin et pour un prix modique. Un plat plutôt méconnu même si les restaurants de la culture du sous-continent indien sont de plus en plus présents tant sur nos tables que dans les rues. Les restaurants fleurissent mais ce  plat est rarement présent à la carte. N'hésitez pas à le demander car il se cuisine à la quasi minute. Un ragout épicé de pommes de terre et d'épinards ( épicé signifie parfumé aux épices et non pas un brûle-gueule). J'ai tenté avec succès de le reproduire à la maison.

Dulce de café

Dulce de café

Tout le monde connait le dulce de leche très prisé dans les pays d'Amérique centrale et du sud. Cette version est toutefois bien plus méconnue mais devrait ravir tous les amateurs de café, dont je suis. La "marmelada de café" est une confiture de lait - à tort puisque il s'agit en fait de crème fraîche - subtilement aromatisée au café. Elle se déguste tartinée sur tout un cortège de choses grillées ( pain, brioche, croissants ) ou encore en garniture sur les crêpes ou les gaufres.

Pulled pork

Pulled pork

Le pulled pork ( porc effiloché, outre Atlantique ) est un plat mythique du sud américain ; initialement préparé avec une pièce de porc longuement fumée en BBQ, je l'ai adapté en le préparant au four. L'objectif est de parvenir à déguster une viande qui s'effiloche et qui peut être même servie à la cuillère. Simple mais cuisson très longue, très très longue !

Salade très fraîche

Salade très fraîche

Recette Salade très fraîche proposée par susminervam sur son blog La popote du cochon

La popote du cochon - Blog de cuisine de susminervam

La popote du cochon - Blog de cuisine de susminervam

La popote du cochon - le blog de susminervam sur Cuisine Land

Rillettes de lapin

Rillettes de lapin

C'est mimi un lapin, non ?Eh bien c'est très bon aussi.... en rillettes !

Brownie "saute-aux-hanches"

Brownie "saute-aux-hanches"

Une bonne fois pour toutes : ce gâteau au chocolat d'origine américaine et qui pourrait, selon la légende urbaine être le fruit d'un oubli de levure, est une véritable bombe calorique ! Ça, c'est dit.Personnellement mes goûts ne me portent pas vraiment vers les gâteaux au chocolat mais là,..... je dois avouer que ..... je l'adore. La version originale est garnie de noix de pékan dont je ne suis pas vraiment adepte. Je préfère les remplacer par nos bonnes vieilles noix, fussent-elles de Grenoble ou du Périgord.

Parmentier d'andouillettes

Parmentier d'andouillettes

Les abats ont nourri des générations à moindre coût. Aujourd'hui, la crise de la vache folle oubliée, les plats mettant à l'honneur les abats reviennent en force mais hélas, à des coûts nettement plus élevés. L'andouillette, la moins impressionnante, n'en reste pas moins la plus gouteuse ! Et d'ailleurs, pas du goût de tous.Deux raisons à la création de cette recette : soit vos convives ne sont pas absolument convaincus de manger de l'andouillette soit vous avez des andouillettes de qualité moyenne que vous ne tenez pas à cuisiner telles quelles ! 

Christmas cake

Christmas cake

La période de Noël et son cortège de festivités est sans nul doute celle ou les cuisines – dignes de ce nom – entrent en ébullition. Toutes les cultures qui sont concernées par cette célébration religieuse – n'en déplaise aux mauvais coucheurs à la laïcité mal placée – offrent à cette même époque tout un arpège de plats sucrés et salés qui résonnent dans tous les coeurs, les esprits..... et les ventres. La perfide Albion n'est pas en reste et depuis plusieurs siècles propose quelques pépites pour célébrer dignement la Nativité. Toute le monde ou presque connait, au moins de réputation, le "Christmas pudding" qui fait faire la moue aux béotiens mais qui se révèle être un dessert d'une subtile alchimie. Qui n'a pas un jour, au collège ou au lycée, transpiré sur la traduction de la "recette traditionnelle" de ce dessert et frémi à la lecture de la quantité voire la nature des ingrédients. Accumulation limite indécente de fruits secs, la "pâte" ( batter, in English !) n'est là que pour "soutenir" la garniture. Très fortement parfumé et concentrant une quantité d'alcool effrayante, le Christmas pudding traditionnel ne peut se préparer sans recourir à un ingrédient incontournable que l'on se doit d'utiliser si l'on veut respecter la tradition. La graisse utilisée et appelée "suet" en Anglais, est une graisse d'une absolue pureté et totalement neutre en gout issue du règne animal. Présentée en petits granulés d'un blanc immaculé, le suet n'est rien d'autre que de la graisse de boeuf. Cette graisse est extraite de la couche graisseuse qui entoure les reins des bovins. Si la description peut paraitre dégoutante, il n'en reste pas moins que cette graisse est de loin la meilleure.Aujourd'hui, le suet est quasi introuvable en France et on peut à défaut se rabattre sur le saindoux de porc mais ce dernier reste tout de même un peu trop prononcé dans sa saveur. Pas grave, vu le reste des ingrédients, cette saveur disparait. Le Christmas pudding, comme son cousin le Christmas cake que je vais évoquer aujourd'hui, a une autre particularité : il se prépare TRES longtemps à l'avance ; des semaines, voire des mois et d'aucuns prétendent que certaines bonnes cuisinières du Royaume-Uni le préparaient même d'une année sur l'autre. Les sucres ( fruits et sucre ) alliés aux alcools en assuraient une excellente conservation. Si lon rajoute à cela une longue cuisson ( vapeur pour le pudding et au four pour le cake ), le gâteau ne pouvait que se conserver sans risque. Traditionnellement emballé dans du "brown" ou "parchment paper", le Christmas pudding reposait sagement dans les "pantries" ( garde-manger ) des gentils intérieurs outre-Manche. La différence entre le Christmas pudding et le Christmas cake vient d'abord de la cuisson et de l'état d'humidité. Le premier est cuit à la vapeur longuement avant de se dessécher dans sa période de repos pour finalement être imbibé d'un alcool chaud et flambé au moment de servir. Le Christmas cake quant à lui est cuit au four mais sera très régulièrement abreuvé de liquide ( ne nous voilons pas la face, de l'alcool ! ) durant tout son repos, soit un minimum de trois semaines. Le jour de la dégustation il sera donc bien moelleux et se dégustera ainsi, nature. Le pudding quant à lui est servi avec une généreuse quantité de "custard" bouillant. Le custard est un ancêtre de notre "crème anglaise" mais est un fait à mi-chemin entre la crème anglaise et sa grande soeur la pâtissière.Le Christmas cake, si l'on respecte la tradition est également recouvert d'une couche de pâte d'amande avant de disparaitre sous une couche immaculée de fondant ou de pâte à sucre. Aujourd'hui donc, je souhaitais vous livrer ma recette ( résultat de plusieurs tentatives ). Ne soyez pas surpris de la quantité de fruits mais le succès du gâteau repose sur cette abondance.

Tarte à l'oignon et au comté.

Tarte à l'oignon et au comté.

Une belle et généreuse entrée... une de ces recettes que je fais à l'oeil...... toutefois, la recette m'a été demandée alors je vais essayer de la coucher ici-même. Traditionnelle en Alsace, cette tarte salée est facile à préparer. Ma version en est une déclinaison. Je l'aime très épaisse et surtout très cuite; rien de plus désagréable que ces kyrielles de tartes salées "fourzitou" aux fonds blancs, détrempés donc... pas cuits.Pour la pâte, il va sans dire qu'elle est faite maison, "à la gougoutte et au beurre" comme disait maman..... mais dans mon cas, les tartes salées adorent se lover sur une pâte salée faite soit au saindoux soit à la graisse de canard !

Canelés bordelais

Canelés bordelais

Le canelé connait un regain d'intérêt depuis quelques années. Cette spécialité bordelaise que j'ai personnellement découverte en 1991 alors que je venais d'arriver dans la proche région est assez peu commune et on peut le dire, ne ressemble à rien d'autre.Délicieux petit gâteau très fondant et parfumé sous une croute très craquante, il est vite devenu incontournable lors de mes virées rue Sainte Catherine. Une grande maison bordelaise les vendait dans la rue, sur des petits étals roulants aux couleurs de la marque.Le canelé est à la fois très simple à préparer mais suffisamment difficile à réussir pour dissuader quiconque a essayé au moins une fois.Il se cuit traditionnellement dans des moules de cuivre, qui, je le reconnais, coûtent un demi-bras. J'en ai quelques uns qui datent de cette époque mais pour bien faire il en faudrait 24, ce qui représenterait un investissement fort conséquent. J'ai - comme beaucoup - succombé à la mode du silicone mais mes premiers essais se sont révélés totalement catastrophiques.La raison en est simple : les canelés ( vous noterez que l'on écrit ce mot avec un seul N ! ) sont originellement cuits dans des moules individuels en cuivre qui conduisent parfaitement la chaleur, d'où le succès de la croute du canelé. Or le silicone, s'il présente plusieurs avantages certains ( encore que .... ), a ceci de particulier qu'il n'est absolument pas conducteur de chaleur, d'où un ratage quasi systématique. J'ai fait quelques essais et suis enfin parvenu à produire des canelés en tous points identiques à ceux que je dégustais à Bordeaux il y a presque trente ans.Je vous invite à suivre mes indications scrupuleusement. Tout réside dans la cuisson et dans la maîtrise du four.Ah oui, indispensable et incontournable : la préparation à canelés se fait OBLIGATOIREMENT un minimum de douze heures avant la cuisson.

Tajine de veau aux amandes et aux abricots

Tajine de veau aux amandes et aux abricots

A la faveur d'une visite marocaine, j'ai eu l'opportunité de déguster deux tajines absolument délicieux. Celui dont je vous livre la recette  aujourd'hui m'a bluffé par sa légèreté. N'étant absolument pas adepte du sucré salé, j'avoue avoir succombé.

Gâteau aux pommes râpées

Gâteau aux pommes râpées

Un bon gâteau "de ménage". De ceux qui agrémentent les gouters d'hiver pour les enfants... et les plus grands !

La harira de Youb

La harira de Youb

La harira est une soupe roborative du Maroc traditionnellement servie à la rupture du jeûne durant le mois saint du Ramadan. Comme bon nombre d'autres recettes consignées sur mes pages, elle connait mille et une variantes : à chaque cuisinière, sa harira. On la sert généralement avec des dattes et un filet de citron pour rompre le jeûne avant de passer, quelques temps après au vrai repas unique.Agrémentée ou non de viande, elle est une soupe délicatement parfumée et très riche.

Biskaflo

Biskaflo

Que j'aime cette cuisine "opportuniste" ; celle des restes et des fonds de placards ! Rien de plus stimulant que de verser dans l'art d'accommoder les restes ou..... ce qui aurait pu passer directement aux ordures !Un repas de crevettes, de fruits de mer ? Des têtes et des carcasses de crevettes ou les jours fastes de langoustines ?  On improvise une petite bisque...... le froid venant et la petite fille aux allumettes ayant perdu ses allumettes, je lui offre cette recette !

Oeufs à la provençale

Oeufs à la provençale

Si d'aucun doivent chérir la mémoire de mon père, je pense que tous y attacheront l'image du jardinier. Son jardin, même s'il était plutôt rigoureux voire austère et sans fantaisie suscitait l'admiration de tous. Papa était un fin jardinier. Sa production ravissait tout l'entourage proche : famille, voisins et amis. Personne ne quittait la maison, au gré de saisons sans sa feuille de journal roulée qui pouvait contenir soit une grosse et belle salade, soit des courgettes monstrueuses et durant l'été ses sublimissimes tomates. Peu enclin à la fantaisie il s'est toujours cantonné à quelques variétés, qu'il semait, faisait lever, repiquait en châssis et plantait finalement en rangs tirés au cordeau.Qui de nous ne se souvient pas de lui, en marcel bleu, le soir à la tombée du jour, arrosant inlassablement ses tomates et toutes ses autres plantations, tirant de l'eau dans le "tonneau" ou puisant dans les arrosoirs de fer qui avaient chauffé toute la journée sous l'étendage à linge.C'est bien connu, en vieillissant on chérit ces images, ces odeurs et ces tomates.Lorsque ses tomates - qui très souvent terminaient leur maturité alignées sur les murets - étaient à point, nous avions très souvent droit aux "oeufs à la provençale". Ce plat simple, sans chichi, s'alignait avec la "casse de patates sautées" ( coupées inexorablement par son petit couteau en cubes très petits ) ou encore à l'énorme saladier de salade verte avec la sauce maison, à la moutarde s'entend, avec sa grosse échalote et ses deux ou trois gousses d'ail hachées. On ne parlait pas d'étoiles, on ne visait pas haut mais ces repas, "sous la véranda" valaient les plus chics des restaurants.Les oeufs à la provençale !

Gâteau ardéchois

Gâteau ardéchois

Une petite bombe calorique mais si bon ce gâteau. Pour les amoureux de la crème de marrons.

Copyright RecettesMania ©2022. All rights reserved.